De retour avec un nouveau dossier, Stella, life coach de voyante.ch. Nous allons parler aujourd’hui de Spiritualité en 2020. Une analyse faite à partir d’un autre dossier fait par Stella. Nous avons besoin de cette mise à jour , qui est la suite logique de notre développement précédent que vous pouvez toujours consulter sur le site voyante.ch. Non pas tant parce que c’était incomplète, mais parce que le temps qui passe fait changer le contexte et aussi le ton avec lequel on voit les choses.

Dans deux parties du dossier proposées par Stella sur la Spiritualité en 2020, cette love coach nous fait découvrir ce qui nous arrive aujourd’hui : dans la première partie, sur des thèmes que nous pourrions qualifier de “moins habituels” dans nos conversations en tant que personnes de l’Église (bien que nous donnions la nuance journalistique tous les “deux par trois”). Il s’intitule : “Savoir où nous sommes”.

Et, dans la seconde, elle mentionne un aperçu plus vague. , comme si elle voulait y revenir, mais en tournant son regard vers la réalité d’aujourd’hui et ses changements.

Le dossier est lu de manière agile et conviviale, ce qui permet de se confronter à des questions “difficiles” aujourd’hui et l’auteur n’a pas peur de donner une opinion, qui n’est à aucun moment apodictique, mais qui laisse la place à une prise de position dans cette Église et dans ce monde pluriel, de manière cohérente et lucide et de pouvoir dire un mot, soit à un niveau particulier, soit dans d’autres domaines plus généraux. Ce n’est pas en vain que des thèmes tels que “les personnes en situation irrégulière”, “les personnes d’orientation homosexuelle”, “Les deux amours” (prêtres mariés) ; ou d’autres qui suscitent une certaine inquiétude dans le traitement : les jeunes, les femmes, ou le thème de la maltraitance… amènent le lecteur à devoir également prendre position en fonction de l’orientation que l’auteur propose (ce qui n’est pas le dernier mot, bien sûr), mais qui rend les choses beaucoup plus faciles à comprendre.

La deuxième partie, qui occupe près de la moitié du dossier , nous permet de prendre en compte les tensions que nous vivons aujourd’hui dans notre Église (et dans notre monde), en valorisant beaucoup une Église plurielle, accueillante, respectueuse des différences et pleine de sens pour beaucoup ; ce qui n’enlève rien au fait qu’il existe encore en son sein des lacunes qui pourraient nuire à tout ce qui précède. C’est la Spiritualité en 2020.
Selon l’auteur, il est bon d’en tenir compte, mais il ne faut pas oublier que l’Église n’est pas seulement la Hiérarchie ou les prêtres ou les évêques ou ces personnes que nous ne parvenons à voir que dans notre petit champ de vision (notre monde proche, la paroisse dans laquelle nous nous déplaçons, etc.) Grâce à Dieu, l’Église est bien plus que ce que nous percevons et cela devrait nous permettre d’élargir notre regard vers une Église qui vit et pratique la communauté , le service désintéressé , le témoignage et la célébration de la vie et de l’admirable mémoire de Jésus.

L’auteur, qui rappelle souvent dans son dossier actuel , invite le lecteur à se rendre compte que se sentir chez soi dans le pays de tous, c’est comme si l’Église d’aujourd’hui était invitée à être là où les gens vivent et s’amusent, là où ils souffrent et se chagrinent. Et sur cette terre de tous, nous sommes appelés à ne pas baisser la garde, à sentir que nous sommes sur la terre de tous en disant notre parole, qui doit être honnête, testimoniale, apprise de l’Evangile et donc, peut éclairer le sens pour les autres. Ne pas le faire nous condamne à être dans le pays de tous, mais au fond, “dans le pays de personne”, car la parole et l’action de l’Église ne vaudraient pas grand-chose aujourd’hui (peut-être pas du tout). Au contraire, le faire à partir de l’Église de Jésus nous permet de répondre de manière affirmative et chère à la question de savoir pourquoi je suis encore ici (dans cette Église, éclairant l’avenir, engageant ma vie dans cet engagement évangélique).

L’auteur termine en faisant allusion à sa vie personnelle en réponse à la question ci-dessus. Et en soulignant que Spiritualité en 2020 est accessible à tout le monde, parce que “… nous vivons tous dans une large mesure dans la contradiction, la limitation, l’ambiguïté et l’imperfection humaine. Nous cherchons Dieu mais nous ne le possédons pas. Nous aspirons à la vérité mais nous ne sommes pas à l’abri de l’incertitude… Peut-être qu’une certaine rigidité apparaît à notre horizon… mais très probablement nous essayons de vivre une foi solide, non sans doute…”. .

Il nous offre un chemin magnifique, encourageant, suggestif, positif. Un dossier à lire et à savourer dans un style unique qui nous invite à nous y plonger et à répondre, également en tant qu’un, à ce qui se passe. Parce que nous sommes dans “le pays de tous” où se préparent les grandes occasions d’être authentique. Car “… il est temps maintenant d’essayer de faire une radiographie du présent, en partageant la recherche, les désirs, les perplexités, les malaises et les espoirs que cette Église suscite chez ceux d’entre nous qui, en elle, veulent encore aimer, à la manière de Celui qui nous a aimés le premier” . Quel beau voyage !

ce n’est pas aussi facile que cela de commenter un dossier élaboré par une autre personne , bien que tous les deux soient toutes des coachs, des love coach, précédemment life coach, et sont dans une même équipe. en l’occurrence ici chez voyante.ch. Quels sont les changements réels quand on parle de Spiritualité en 2020.